• Louis-Marie de Salgues marquis de Lescure

    Louis-Marie de Salgues, marquis de Lescure (né le 13 octobre 1766, mort le 4 novembre 1793), de Bressuire


    La famille de Lescure, originaire de l'Albigeois, habite le château de Clisson, près de Boismé, au sud de Bressuire.

    Louis Marie de Lescure est né à Paris le 13 octobre 1766. Il épousa Marie-Louise Victoire de Donissan (la future marquise de La Rochejaquelein) le 27 octobre 1791 ; Il avait 25 ans.

    Peu avant la révolution Lescure commandait une compagnie de cavalerie. D'une grande culture, il parle 3 langues.

    A l'été 1792, Lescure est à Paris. A l'annonce de la première insurrection paysanne, il quitte la capitale, le 25 août,  pour regagner son château dans le Bressuirais. Il y invite Henri de La Rochejaquelein, revenu lui aussi de Paris où la Révolution  devient de plus en plus menaçante à l'égard de la Noblesse.

    Lescure est arrêté, le 9 avril 1793, à son château, par des gendarmes de Bressuire, et conduit chez l'épicier Allain, près de l'église, en compagnie de sa femme, Marigny et les époux Donissan. La prise de Bressuire, le 2 mai, les libèrera.

    Il se met aussitôt à la disposition des chefs de l'insurrection pour protéger les paysans blessés dans leur opinion religieuse, qui craignaient la persecution que subissent les grands propriétaires et les effets des décisions de La Convention qui souhaitait lever 300.000 hommes par tirage au sort. 

    Sa particularité est que pour chaque attaque, c'est lui qui charge en premier. Dans les premiers combats il charge même seul : un pont, une ville.... Aux hommes découragés, il lance : "y a t'il 400 hommes assez braves pour venir périr avec moi ?"

    L'engagement dans la révolte.

    On le voit dès lors à la tête des poitevins du Bressuirais, à la prise de Thouars le 5 mai, La Châtaigneraie le 12 mai, Fontenay le Comte le 16 puis le 25 mai, Saumur le 9 juin où il est blessé.

    De Saumur il descend dans le Bressuirais pour le défendre contre Westermann. Son château est incendié le 2 juillet. Il se replie sur Châtillon après avoir été battu au bois du moulin aux chèvres. Mais le 5 juillet il participe à l'anéantissement de l'armée de Westermann au mont Gaillard.

    Puis ce furent les défaites de Luçon le 30 juillet et le 14 août.

    Vainqueur à Chantonnay le 5 septembre, battu le 14 à Thouars, vainqueur à nouveau à Torfou le 19, Montaigu et Saint Fulgent les 21 et 22.

    Début octobre, Lescure plie sous la poussée de Westermann: défaite à nouveau au bois du moulin aux chèvres le 9 ; mais la grande armée des vendéens bat Westermann à Châtillon le 11. Victoire de courte durée car la nuit suivante, Westermann revient brusquement : c'est le massacre dans les rues de la cité.

    La mort de Lescure

     Lescure tente d'arrêter les Bleus à La Tremblaye, le 15 octobre. Il doit se replier sur Cholet, après avoir été grièvement atteint d'une balle en pleine tête. 

    Les hommes éplorés sonnant la retraite le transporteront agonisant. Il se rétablira et continuera à donner des conseils. Puis il reprit les armes malgré sa blessure insupportable.

    Dans ce long et douloureux calvaire il finit par mourrir de sa blessure. Il décède  le 4 novembre 1793, entre Ernée et Fougères, dans la voiture qui le transporte, sur la route de Granville, en pleine Virée de Galerne.

    Il sera surnommé le Saint du Poitou. 

    Dans ses Mémoires, Mme de Lescure dit de lui: "Doux, réservé, timide, d'une vie sainte, d'une piété austère, M. de Lescure cachait sous ses modestes apparences une instruction profonde, une fermeté inébranlable et le coeur d'un héros chrétien..."


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :