• Les motifs du soulèvement

    En 1789 les provinces de l’ouest avaient beaucoup attendu de la Révolution. Aussi, dès 1790, la déception s’installe dans les campagnes de l'Ouest pour les raisons suivantes: 

    - L’allègement des impôts avait surtout favorisé les propriétaires, minoritaires dans la région et la nouvelle répartition mise en place en 1790 par les municipalités tendait à pénaliser le monde rural. De plus la mise en place de ces mesures impopulaires pour les ruraux était assurée par les nouvelles gardes nationales composées essentiellement de citadins.

    La constitution civile du clergé heurtait les paysans dans leur foi. 

    En effet, le 12 juillet 1790, l'assemblée vote la constitution civile du clergé. Cette loi vise à soustraire l'église au pouvoir de Rome, en faisant des prêtres des fonctionnaires élus civilement :

    • Constitution d'une assemblée civile d'électeurs qui doit choisir les membres du clergé.
    • Les évêques ne sont plus nommés par le pape ou le roi, mais par l'assemblée civile.
    • Les prêtres et vicaires ne sont plus nommés par l'évêque mais par l'assemblée.

    Les prêtres en fonction doivent prêter serment à la constitution civile. Mais les prêtres, en majorité, refusent de prêter ce serment, et la population vendéenne les soutient.

    Les prêtres jureurs, assermentés, sont donc très mal accueillis en 1791 lorsqu’ils viennent remplacer les prêtres réfractaires. Ils deviennent la cible privilégiée des Vendéens. Leurs églises restent désespérément vides ; ils sont victimes d'intimidation et même de violence. Beaucoup craquent, et se sentant menacés quittent la Vendée.

    En 1792, les prêtres réfractaires (ceux qui ont refusés de prêter serment )  sont interdits de culte. Mais ils continuent à officier dans la clandestinité. Les cérémonies, et drainent de plus en plus de monde. Les pèlerinages et les messes ont lieu la nuit, dans la clandestinité, souvent sans prêtre, sous la direction d'un fidèle.

    SOURCES

    - Puis vint l’exécution de Louis XVI en janvier 1793, roi qui avait soutenu le ecclésiastiques en apposant son véto sur le décret de juin 1992.

    - Enfin, la réquisition des conscrit mit un terme aux espoir de toute une population :

    En effet, la Convention qui était début 1793 déjà en guerre contre la Prusse, l'Autriche, le Piémont, déclare la guerre à l'Angleterre, la Hollande et l’Espagne le 1er février 1793. 

    Ces décisions guerrières vont être l'élément déclencheur du mouvement, alors que des troubles divers se font jour dans différentes provinces (Bordeaux et Caen se sont constituées en gouvernements indépendants alors que Toulon se livre aux Anglais. Lyon s'est transformée en camp retranché, et le gouvernement central ne se fait plus obéir que par une trentaine de départements).

    La Convention décide le 24 février 1793 de lever trois cent mille hommes de troupe.

    Cette levée implique une contribution de quatre mille cent quatre vingt dix sept hommes pour la région. Par tirage au sort, des hommes célibataires de 18 à 40 ans vont être réquisitionnés pour aller défendre la France.

    Les fonctionnaires échappent à la réquisition, tout comme la bourgeoisie qui peut s'acheter un remplaçant. Ce sont donc les paysans et artisans qui seront tirés au sort et qui devront partir loin de chez eux, sur le front est, défendre la République. Et chacun sait que peu en reviendront.


    SOURCESLes paysans et artisans vendéens n'acceptent pas que les principaux bénéficiaires de la république (les fonctionnaires et les bourgeois) ne fassent pas parti du tirage au sort. Ils n'ont aucune envie de mourir pour la république, et encore moins de défendre les intérêts d'autrui...

    De plus, cette décision de conscription n'est connue qu'en mars et arrive sur un peuple fatigué, et fatigué plus encore par les rudesses climatiques qui depuis 1783 présentent un caractère exceptionnel :

    - inondations en 1783 suivies d'un hiver dur et précoce,

    - la sécheresse terrible de 1787,

    - et enfin l'hiver dramatique de 1788-1789 : les gels commencent mi-septembre, la Seine et la Loire charriant des glaces dès le 26 septembre. Il gèlera sans discontinuer jusqu'en janvier sur toute la France. La débâcle de la Loire commencera début avril. Au froid succèderont le dégel puis les inondations. Les seuls végétaux ayant réussi à pousser seront alors pourris par cette eau en surabondance. Pas de choux, pas de blé, pas de seigle, pas de vin, … 

    La fracture devient définitive entre les provinces de l’Ouest et le régime révolutionnaire !

    C'est la conscription, à Saint Florent le Vieil qui met le feu aux poudres...

    Le jour du tirage au sort, toute la foule est là pour refuser la conscription. La foule se fâche et lynche les patriotes qui s'enfuient. Leurs munitions sont dérobées. Saint Florent entre en guerre. Plusieurs patriotes ont été tués, la guerre est maintenant irrémédiable...

    L’insurrection gronde et s’étend en mars 1793 sur un territoire d'environ 10.000 km2, la Vendée militaire.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :