• LES GALLO ROMAINS (-41 à 476 après J.C.)

    RETOUR VERS ACCUEIL 

    Le Bas-Poitou et la Bretagne voient arriver les légions de César en 57 av. J.-C. 

    Le chef des Pictons, Duratius, qui perçoit le peu de chances de victoire vu les nombreuses divisions des tribus, se rend pour éviter la destruction, lors du siège de Durinum (Saint-Georges-de-Montaigu).

    LES GALLO ROMAINSCésar pactise avec les Pictons et commande à ces marins des bateaux pour lutter contre les Celtes du nord, les Vénètes, bateaux qui seront construits à Sidunum et, en échange, les exonère d'impôts. Mais ce n'est qu'à partir du siège d'Alésia que le Bas-Poitou sera romain, puisque les Pictons avaient envoyé 8 000 hommes pour aider Vercingétorix dans sa lutte.

    Alors naît la coopération gallo-romaine au cours de laquelle les occupants structurent l'administration et la société, tandis que les Pictons cultivent avec succès une terre très difficile et, par la côte, multiplient les échanges commerciaux grâce en particulier au mystérieux Portus Secor. Des voies romaines sillonnent le pays, allant du sud au nord, reliant Fontenay-le-Comte à Déas (Saint-Philbert-de-Grand-Lieu) par Aizenay, ou encore reliant Bélesbat (l'antique cité disparue) à Déas par La Mothe-Achard et Apremont.

    Peu à peu, la christianisation pénètre le Bas-Poitou. Lorsque saint Domnin est martyrisé à Avrillé (il a refusé d'abjurer sa foi chrétienne face à un légionnaire romain), l'empereur Constantin ne s'est pas encore converti à la nouvelle religion.

    Ce n'est donc qu'au IVe siècle que celle-ci, devenue officielle, va pouvoir se répandre sans danger dans nos contrées. Plusieurs évangélisateurs œuvrent en Bas-Poitou prêchant et christianisant les lieux d'ancien culte celtique (bois sacrés et fontaines). Saint Hilaire de Poitiers (dont 8 communes ont gardé le souvenir dans leur nom), saint Martin de Tours (au patronyme également conservé par 5 communes) sont les plus actifs. Mais saint Benoît dans les environs d'Aizenay et saint Vivent dans le pays d'Olonne, tout comme saint Macaire et saint Florent de Cahors dans les Mauges, concourent aussi à l'expansion du christianisme. Avec eux se développe l'Église et s'établissent les fondements du monarchisme.