• DE LA PREHISTOIRE A L'HISTOIRE

    RETOUR VERS ACCUEIL 

    Le peuplement de la Vendée est très ancien.

    DE LA PREHISTOIRE A L'HISTOIRELe Néolithique a laissé de nombreuses traces de multiples pierres polies trouvées au hasard des labours ainsi que d'une vingtaine de camps, dont celui de Champ-Durand à Nieul-sur-l’Autise, lesquels attestent de la présence de populations vivant de l’élevage.

    À une époque sans doute plus tardive, on note d’abondants mégalithes épars en Vendée, cependant plus concentrés sur l’île d’Yeu et le Talmondais. Le Bernard et Avrillé recèlent en quantité dolmens et menhirs.

    Les Celtes amènent avec eux la civilisation du fer, les Pictons*, eux, s’installent entre le golfe qui porte leur nom – aujourd’hui devenu le marais poitevin – et les régions en bordure méridionale de la Loire. On distingue généralement trois tribus :

    • les Ambiliates au nord, entre Mortagne et Les Herbiers ;
    • les Agnatutes au centre, jusque vers Chantonnay et peut-être Sainte-Hermine ;
    • les Agésinates Cambalectri à l’ouest, en bordure du littoral, et dont la capitale était Aizenay.

    Ces tribus créèrent de nombreuses bourgades et firent vivre toute la région jusqu'à l'arrivée de l’envahisseur romain.

    * En 58 avant J.C., les Pictons forment l'un des trois cents peuples qui composent toute la France actuelle, peuple dont les habitants, aux yeux des romains, sont des Gaulois (Gallis). C'est pourquoi, dans les écrits concernant la Vendée, les auteurs emploient indifféremment les termes Pictons et Gaulois, devenus synonymes.

  • De nombreux vestiges prouvent que notre province a été largement peuplée au Néolithique. Par exemple, à Saint-Vincent sur Jard, une bourgade d'Ichtyophages (hommes se nourrissant principalement de poissons) s'était installée sur la côte. L'épaisse couche de détritus mise à jour indique que leur séjour fut prolongé.

    LES COLONNES INFERNALESEn ces temps-là, où existaient des lacs, un îlot ou une certaine étendue d'eau, on a bâti sur des pilotis.

    Des traces de ces cités lacustres ont été retrouvées à Mervent, Rets, Mareuil, Damvix et dans le quartier des Loges à Fontenay.

    Sur cette base de pilotis, les Néolithiques ont construit un plancher de branchage ou de terre sur lequel chacun dressait sa tente (le tout étant relié à la terre ferme par d'étroites chaussées ou de simples ponts que l'on retirait le soir venu).


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique