• Croyances celtiques

    Des paysans racontaient il n'y a pas si longtemps de ça, qu'il y avait quelque danger à traverser, durant la nuit, le terrain occupé par les pierres druidiques. Sans parler des fradets et des dames blanches, qui couraient les ruisseaux et les fontaines en plein minuit, ces monuments redoutables sont habituellement visités par les garaches et par les loups-garous. Il serait imprudent, par exemple, de s'engager trop tard sur le pont de l'Eraudière : car on y a vu quelquefois sept loups-garous, sous forme de chiens noirs...

    Quelques explication sur ces croyances mystiques :

    REFORME ET GUERRES DE RELIGION : Les Acteurs- Les fradets ou farfadets sont d'aimables et charmants petits lutins, qui hantent les maisons, la nuit, et viennent quelquefois écouler aux portes, pour entendre les joyeuses conversations des longues soirées d'hiver.

    Pendant le jour, ils se retirent dans les cavernes profondes, où ils gardent d'immenses trésors qu'ils ont amassés. 

    REFORME ET GUERRES DE RELIGION : Les Acteurs

     

     

     

    Les dames blanches, qui ont donné leur nom à beaucoup de localités celtiques, comme le Ténement des Dames, la Fontaine et le Bois de la Dame, etc., sembleraient être un lointain et poétique souvenir des druidesses, habillées de blanc.

    C'est comme une apparition qu'on pouvait quelquefois apercevoir tout de blanc vêtue, et volant par les nuits glacées à travers les airs. 

    On donne aussi le nom de fées aux dames blanches, et la baguette magique qu'on leur attribue symbolise le merveilleux pouvoir de ces druidesses de l'Ile de Sain, qui soulevaient ou apaisaient à leur gré les tempêtes de l'Océan.. 

     

    REFORME ET GUERRES DE RELIGION : Les Acteurs- La garache, dans l'opinion du peuple, est une personne humaine, un grand coupable, qui chaque nuit est changé en bête, pendant un espace de temps plus ou moins prolongé, selon la gravité de son crime.

    Pour ramener la garache à son état naturel, il faut la blesser de manière à faire couler le sang.

    Mais elle ne peut être atteinte par la balle, si l'arme n'a pas été chargée avec trois morceaux du pain bénit des trois messes de Noël. 

     

     


    REFORME ET GUERRES DE RELIGION : Les ActeursLe loup-garou est aussi une personne humaine transformée en loup. 

    On lui prête un grand goût pour la chair fraîche.

    Dans certaines contrées, on lui donne même la réputation terrible d'étrangler et de manger les chiens et les petits-enfants. 

    Le monstre marche toujours à quatre pattes, et fait entendre, dans la nuit, les hurlements d'un loup.

    Sa gueule énorme est armée de dents crochues, et l'on voit ses yeux flamboyer comme deux chandelles au milieu des ténèbres. 

    Le loup-garou est aussi connu sous le nom de bêle bigourne, qui court la galipode. 

     

    Dans les cantons de Beauvoir et de Challans, on le nomme encore loup-cerve, bidoche ou miaque. Ce sont des variétés du genre :

    => La bidoche est inoffensive, et se montre sous la forme d'une chèvre ou d'un mouton blanc. 

    => Le loup-cerce a la couleur noire ou fauve. Défiez-vous : il est méchant, et peut faire un mauvais parti aux ivrognes attardés, surtout à la chaussée de Malentendu.

    => Au village de la Crosnière, le fantôme le plus redouté est le miaque, sorte de lutin, qui saute sur les meilleurs chevaux du marais, et les lance dans des courses folles, jusqu'à les exténuer. Dans ces galops vagabonds, le miaque mêle de telle sorte la crinière du coursier, qu'elle ne peut plus être démêlée par aucune main humaine.

     

    REFORME ET GUERRES DE RELIGION : Les Acteurs- le cheval Malet, bien plus curieux et plus redoutable que le cheval de Troie.

    Connu en Normandie comme dans toutes les chaumières de la Vendée, il fait l'objet des plus terribles histoires, qu'on raconte aux enfants, sous le manteau de la cheminée. 

    C'est un coursier blanc magnifique, toujours sellé et toujours bridé, qui se présente, la nuit, au voyageur en peine et fatigué d'une longue route. 

    Il représente alors une tentation pour celui-ci. Si le voyageur enfourche cette monture, sa chevauchée se termine toujours au matin par sa mort, le cavalier est jeté à terre et meurt généralement sur le coup ou alors est piétiné à mort par sa monture, jeté dans un précipice ou dans une fontaine, voire dans tout type de point d'eau. Des traces de sabot « à la forme étrange » pouvaient être retrouvées à côté du corps.

    Les yeux du cheval Mallet émettraient une lueur qui éclaire son chemin lorsqu'il galope, et il n'y aurait qu'un moyen d'arrêter cet animal, « c'est d'avoir sur soi la rançon du voyage ». Jeter six pièces de monnaie marquées d'une croix devant lui pourrait aussi le stopper tout comme effectuer un signe de croix, et utiliser de l'eau bénite ou un sou marqué. Une médaille de saint Benoît (dite « croix des sorciers ») serait la seule protection efficace qui permet d'en prendre le contrôle pendant une nuit. 



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    gigi85girl
    Jeudi 16 Juillet 2015 à 21:29

    J'adore cette légende !! Elle fait un peu flipper !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :