• Cela se passe de commentaires !!!

    Voici quelques exemples, qui se passent de commentaires, des actes d'horreur qui se sont déroulés pendant la période révolutionnaire (Ils sont, pour la plupart extraits d'écrits républicains et non rapportés par les vendéens !) :

     

    • Le député Félix s'exclame le 2 avril 1794 : « Ces terres de Vendée sont très bonnes et peuvent facilement se passer d'engrais vu la grande quantité de brigands qui les engraissent ».

     

    • A Clisson, cent cinquante femmes furent brûlées sur un bûcher aérien sous lequel avaient été placés des barils afin de recueillir la graisse fondue. Dans le registre de Carrier on peut lire : « cette opération économique (graisse revendue)produisait une graisse cent fois plus agréable que le saindoux ».

     

    • Les archives départementales du Maine et Loire (HI/27/3) nous permettent de lire la déposition du Juge de Paix des Ponts de Cé, un certain Jean Humeau. Il fait état d’une tannerie de peaux humaines qui fonctionnait en cette commune en décembre 1793. Cette tannerie, sise au Pont Libre, était tenue par un nommé Lemonnier. Elle était alimentée par la peau de vendéens écorchés par le chirurgien major Pequel (4èmeBataillon des Ardennes) assisté de divers soldats. La tannerie alimentait ensuite un commerçant d’Angers, le citoyen Prud’homme, qui confectionnait des vêtements.

     

    • Hérault de Séchelles  écrivit à Carrier dans son ordre de mission : « Nous pourrons être humains quand nous serons vainqueurs ». Et des actes de barbarie, nous en vivrons alors en suivant les colonnes. Nouveaux nés jetés vivants dans les fours à pain, poudre à canon que l'on fait exploser dans le ventre des femmes, foetus que l'on arrache à coup de sabre du ventre de la mère et que l'on se lance de sabre en sabre...

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :